« L'AFFAIRE JACQUET " Je ne pardonnerai jamais... " de Vincent DULUC | Accueil | VOUS N'ALLEZ PAS ME CROIRE de Jérôme ROTHEN »

Commentaires

PERRAULT YANNICK

bonjour,
j'ai trouve ce livre passionnant de part le sujet(le foot), mais surtout par la sincérité et la liberté d'expression que Mr Petit nous livre dans toutes ces phrases.
pourriez vous lui communiquer le message suivant svp:
J'ai 29 ans et passionné de foot. je vous ai vu beaucoup de fois à la télé et aussi 1 fois à Nantes, lors d'un match de coupes d'Europe(C'était la belle équipe d'arsenal, adams, seaman, viera...)et une fois à la poste de St Tropez. Vous étiez champion du monde déja. Je n'ai pas osé allé vous voir, j'ai du me faire violence.Aujourd'hui je regrette, car je voulais simplement vous dire(vous et les autres joueurs) MERCI de m'avoir donné autant de bonheur lorsque vous etes devenu champion du monde.Je regrette d'autant plus car après la lecture de votre livre, moi qui croyais que ça vous aurais fait chier d'entendre ça (encore une fois...),je pense que ça vous aurais fait plaisir.Surtout que ça ne venait pas de ses nazes de politiques ou autres focus de journalistes, mais simplement d'un mec ordinaire passionné de foot.Merci pour se livre, merci d'avoir partagé vos souffrances et vos joies, merci de m'avoir éclairé sur les pratiques douteuses de certains dirigeants. Merci de votre franchise, bonne chance dans votre nouvelle vie et je serai très heureux de vous revoir dans le monde du foot(ça voudra dire que la liberté d'expression et d'action est de retour et que le pognon compte un peu moins).
Merci et bon vent.
yannick perrault.

JOYEUSE Richard

Bonjour,
J'ai bien apprécié votre franchise.

Cependant, je voulais vous signaler une erreur "étonnante" : ce n'est par Lino Ventura qui joue dans le "Salaire de la peur", mais Yves Montand !

Alors, votre héros, c'est Lino Ventura ou Yves Montand ?

Pour être franc, ce n'est pas moi qui est relevé l'erreur, mais mon papa de 84 ans !

Je me souviendrais toujours de votre but (le 3ème)!

Amicalement

Richard Joyeuse


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.